Day One

Déjà trois quatre mois que je suis sans emploi. Dans « déjà » entendez « Mais c’est trop bien en fait!« . Non pas que mon dernier emploi m’ait dégoûté du travail ou que je sois une anar’ revendicatrice. J’ai simplement – moi, être conditionné à la reconnaissance et à l’utilité sociale par le travail – réussi à me libérer de la honte et de l’angoisse que représentaient jusqu’ici pour moi « le chômage ». Il faut dire qu’à vivre dans les Cévennes on est loin de tout sentir le poids des préjugés par rapport à ça.

Fin août, alors que mon remplacement touche à sa fin, le dit chef du pôle social m’adresse un au revoir accompagné d’un sourire complice avec la quasi promesse d’une création de poste pour moi à venir. Je réfreine mon enthousiasme sur le point de déborder devant une nouvelle qui redore mon égo et qui m’annonce un bel avenir professionnel: « Enfin un CDI! Et quel CDI, juste pour moi! » La voix de la raison intervient: » Mais non mais non, attend, il a énoncé des « très possible » et des « fortes probabilités« mais t’as pas encore vu le contrat. Ne crois que ce que tu vois! » « La réponse ne vous parviendra pas avant le mois de décembre » m’annonce t-il. Et bien soit, en quittant le bureau, je décidai de retenir les chevaux – comme le disent si bien nos voisins anglais – et je profitai donc de ces mois d’attente pour m’engager dans une approche de développement personnel … terme marketing désignant le fait de prendre soin de soi. Il faut dire qu’après des mois de cdd enchainés, de différentes casquettes d’éduc’ portées puis raccrochées, penser à moi était devenu une perspective tellement complexe que cela me paraissait tout un programme. J’ai même pensé à prendre un coach (c’est faux).

En fait, il m’a fallu un petit mois pour lâcher prise avec tout ça, et en l’espace de trois mois:

– cours de danse Check!

– chorale Check!

– lire (n’est jamais trop tard pour commencer!) Check et j’adore ça!

– achat du Nikon repéré il y a des mois Check!

– profiter du magnifique paysage cévenol nom d’un chien Check!

– partager plus de  moments avec les copains (qui travaillent pas plus que moi faut bien le dire) Check!

Bref, j’ai surkiffé ma race trouvé ces trois derniers mois fort délectables.

Mais voilà, un fameux 3 janvier, je m’entends dire qu’il est temps de faire ma liste de résolutions 2014… Oh my God, mais qu’est ce que j’attends?? Je m’entends parler de tout et puis je finis par nommer « le boulot » parce qu’il faut bien… jusqu’à ce qu’un doute m’effleure. Aurais-je le temps de partir au Népal, au Canada et sur les chemins de Compostelle avant que mes droits au chômage ne s’arrêtent? Mon copain qui s’endort sur ma liste me marmonne un « j’crois pas nan… » Et là c’est le drame! Mais combien de temps me reste il avant de mourir l’échéance? Je vérifie: 130 jours exactement.

En me mettant à la lecture je suis tombée par hasard sur le bouquin de Lilou Macé, dont le titre « J’ai perdu mon job et ça me plait », m’avait évidemment interpellé. Je l’ai donc lu. Je n’en ferai pas la critique ici mais cette fameuse échéance de 130 jours m’a frappé et m’a rappelé le défi que demoiselle Lilou s’était fixée suite à la perte son emploi: « 100 jours pour trouver le job de mes rêves ».

Alors voilà, j’ai enfin trouvé un prétexte. Et oui, il faut bien le dire, je sens qu’il est temps de m’investir à nouveau. Mais dans quelle entreprise, dans quel but, avec quel sens? Ca je ne le sais pas encore. Je me lance donc officiellement ce défi de 130 jours pour le découvrir … et pour enfin commencer mon blog!

To be continued…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s